LES YÉYÉS

Mise à disposition sous licence Art Libre 1.3

[blip.tv ?posts_id=4291312&dest=-1]

ÊTRE ET AVOIR ÉTÉ. Documentaire sur les Yéyés, Idoles des années 60. Version intégrale.

Duree : 1 h 40.

Ce film documentaire est une réflexion sur la vieillesse et la mort, portée par des personnages sincères aux pensées philosophiques et existentielles remarquables.

Décembre 2006, une douzaine de rescapés des 60s finissent leur tournée marathon de 135 dates en France pour le spectacle Age Tendre et Tête de Bois.
A l’affiche : Leny Escudero, François Deguelt, Gilles Dreu, Annie Philippe, Michel Orso, Jean-Jacques Debout, Les Matchucombos, Frank Alamo, Michèle Torr et Richard Anthony.

J’ai passé 6 semaines à les filmer de ville en ville, à les apprivoiser.

Derrière le tutoiement de façade, il y a un univers entier de mystères, de protection de la vie privée et de drames personnels.
Ils ont été. Et ils continuent d’être. Longtemps après leur zénith des années 60. L’image est belle : cette tournée 2006-2007-2008 a rempli tous les Zénith de France et des médias mieux informés ont même parle de phénomène social. Toute une génération se vengeant de l’ostracisme envers les Vieux, soulevant une vague anti-mode qui dit merde au jeunisme décoloré publicitaire.

Même s’ils disparaissent les uns après les autres, leur musique et ce qui les a fait sont immortels.
Ils ont l’âge de la sérénité, des bilans, de la madeleine de Proust.
Comme si après toutes ces interviews débiles données pendant des années d’extravagance et de pipolisation, ils en avaient eu marre de cette légèreté insouciante des médias. Une forme d’envie d’exprimer pour une fois les pensées profondes, les humeurs assassines, les blagues politiquement incorrectes.

Après des décennies a se surveiller pour gérer son image, j’ai croisé leur chemin et pris le temps de les attendre, de les écouter, de les amuser et de leur faire confiance. En retour, ils ont cru a cette sincérité du cœur. Ils se sont donc livrés sans retenue.
J’ai été grandement aidé dans cette quête mystique par tous les techniciens, musiciens, chauffeurs de bus et autres petites gens qui participent de cette caravane.
Eux-aussi m’ont accepté et donné leur lecture de l’évènement.
Leur regard fut précieux car ils ont vécu au quotidien, de l’intérieur pendant 24 mois, les bons et les mauvais moments d’une tournée pharaonienne.
Des gamins de 25 ans qui écoutent du Death Metal ou de la Techno faisant l’éloge de météorites comme Leny Escudero !

Un jour ou l’autre, si vous arrivez au grand âge, vous regretterez d’avoir utilise ce mot : « has been« .
Car vous comprendrez alors ce que la vie peut faire de vous …

Cette version n’est pas un remontage de la version 52 min diffusée sur France 5 sous le nom « Le Retour Des YÉYÉS ».

Il s’agit du film original refusé par la chaine, en version intégrale. C’est LA version que je souhaitais écrire et réaliser, sans compromis.

A VOIR ABSOLUMENT.

Cette création est mise a disposition sous Licence Art Libre 1.3.

 Télécharger le film en bittorrent par freetorrent.fr ou en mp4 sur archive.org (680 M)

7 Réponses to “LES YÉYÉS”

  1. […] Enfin, et un peu plus « terre à terre », la version longue d’un documentaire sur les stars du yéyé lors de la tournée « Age Tendre et tête de bois », qui s’appelle « Etre et avoir été« . […]

  2. Bonsoir,

    Merci d’avoir mis à disposition cette version intégrale. C’est un film touchant, sincère et qui montre le coté cruel du métier. Il y a les météorites qui croient être encore (et qui ne sont pas dans le film), ceux qui veulent encore y croire, les désabusés et ceux qui font encore leur métier.

    Portrait touchant de Lény Escudero (qui était encore en forte activité) et comme d’habitude il résume fort bien la situation : les idoles sont faites pour être déboulonnées. Mais lui est entouré et il pense juste. Mais n’est pas Lény qui veut et certains ne savent pas arrêter à temps, poussent une voix qui n’en peut plus …

    • Je suis ravi que ce film touche par son honnêteté. Merci à vous.
      Et merci à Leny et à ces Yéyés, terme qui les gênent désormais, tant il est entaché de jeunesse et d’erreurs de jeunesse.

      Bon film à ceux qui ne l’ont pas encore vu…
      J.D.

      • Lény est passé à travers les gouttes, il a toujours ramé à contre-courant. En 1962 (sortie de son premier disque), il faisait la passerelle entre les « grands établis » et les « yéyés ». Pour cette tournée, il fallait oser placer la « Grande Farce » pour un public qui était plus venu voir « Dadou ron ron » ou le train qui siffle (plus très bien).

        Ensuite, il a orienté ses textes vers plus de profondeur, mais – comme Christophe – sans jamais renier les chansons du début. « Malypense », « Balade à Sylvie » et son amourette sont des textes très bien écrits et une mélodie très mémorisable. C’est ça Lény: il ne renie rien et nous l’aimons pour ça.

  3. Fanny Mary-Coutant (P/O Jean-Noël) Says:

    John, les liens sont brisés. J’ai remonté sur le DL de Free (sans accord).Mais on peu le faire sur FilePost ou notre serveur studio.

  4. Fanny Mary-Coutant (P/O Jean-Noël) Says:

    Merci :

  5. Ce film sera diffusé au Carrefour des Résistances à MUS le vendredi 5 avril.
    http://www.masavi.eu/
    Si John Doe passe par là …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :