Fiche du film

Affiche-Crossroads_John_Doe_FilmsTélécharger l’affiche du film – A3 Pdf 42 cm/ 30cm (1 Mo)

Fan de Blues, je rêvais depuis mon adolescence de «faire» la Route 61. Il m’aura fallu 30 ans pour y parvenir avec quelques dollars, un bon copain et une idée : conter les légendes de Robert Johnson. J’ai écris et vécu cette aventure passionnément. Une année de préparation, 1 mois de tournage, 6 mois de montage et 8 ans de galères pour faire connaitre ce film. Aucun producteur, pas de distribution, pas d’aide financière, juste un entêtement maladif : y croire.
Dans ma vraie vie, je suis réalisateur de documentaires. Pour ce film, j’ai eu envie de me fondre dans l’anonymat et apporter ma pierre aux légendes sur Robert Johnson.
John Doe est le pseudonyme utilisé par les réalisateurs américains dans les années 50 qui ne souhaitaient pas «signer» leurs œuvres en raison de désaccords avec leur production. Une façon de faire de la résistance face aux méthodes de marchandisation et d’abrutissement de l’industrie du cinéma et de la télévision. Ce n’est donc pas un hasard si ce film est proposé en libre & gratuit.
C’est une philosophie du don qui se suffit à elle-même.

Que la Route vous porte loin …
J.D.

JDRoad2

Le 15 août 1938 à Greenwood, Mississippi, est assassiné l’inventeur du Blues :

Robert Johnson. rj
Avec 29 chansons enregistrées en 2 jours, Johnson allait devenir un mythe, une légende, un Dieu de la musique pour toutes les prochaines générations. Cet extraordinaire guitariste noir a vécu dans la misère des champs de coton du Mississippi.

De lui, on sait peu de choses. Il n’existerait que 2 seules photos. Jusqu’aux années 70 il restera inconnu du grand public. Columbia Records sort alors un double album où l’on peut entendre les versions originales enregistrées en 1936. Subitement, l’engouement est énorme, les rééditions se multiplient. Le Monde découvre le talent de ce musicien disparu.

Mais qui était Robert Johnson ?

Simultanément à la sortie du disque se répandent alors les légendes sur son talent, il n’était pas comme les autres musiciens, il avait fait un pacte avec le Diable pour pouvoir jouer de façon surnaturelle en échange de son âme. Le bouche à oreille fait son œuvre et en quelques années Robert Johnson inspire Eric Clapton, Robert Plant, Keith Richards, Mick Jagger, Van Morisson et des millions de guitaristes à travers le monde.

ROBERT JOHNSON EST EN VIE
Nous l’avons rencontré.

bud3Bud vit à Springfield, Missouri. Il est blanc et musicien de blues, c’est un fou de Jésus. Lorsqu’il ne répète pas avec les membres de sa chorale, il est enfermé dans son studio d’enregistrement où il compose de nouvelles chansons. Mais Bud en a marre de rester cloitré dans le Missouri à Springfield. Cela fait trop longtemps que ses démons le hantent. Bud Johnson a 49 ans et en réalité son vrai prénom n’est pas Bud mais Robert. Depuis qu’il est en âge de comprendre certaines choses il vit avec cette hantise d’expliquer qu’il n’a rien à voir avec son homonyme, musicien de légende : Robert Johnson.

bud4Un soir, il fait rapidement un sac de voyage et claque la porte de sa pauvre maison pour accomplir une mission sur terre : retrouver le 30ème morceau de Robert Johnson. Crossroads est un conte sur une des plus mystérieuses légendes du Bien et du Mal. Il y est question d’un Pacte avec le Diable. Peu avant minuit à la croisée des chemins un homme tente de racheter son nom, associé à une malédiction. Cet homme est Robert “Bud” Johnson, dans son propre rôle. Des solitudes sur la Route 66 dans le Missouri, aux bayous du Mississippi, jusqu’au légendaire Crossroads des années 30 près de l’Arkansas, ce Bluesman cherche un vieux disque 78 tours perdu.

Un enregistrement maudit qui valut à son créateur une destinée tragique et une damnation éternelle. Selon Bud, son homonyme Robert Johnson ne pouvait échapper à son pacte. Il aurait alors tenté de se venger en offrant au Diable une dernière chanson, la trentième : un hymne à Jésus-Christ, son seul maitre. Mais le Diable aurait eu peu d’humour et aurait envoyé Robert en enfer … Si cette chanson pouvait être jouée à un croisement de routes à minuit, alors Robert Johnson connaitrait une rédemption et serait libéré de son pacte.

road2Où chercher ? Par où commencer ? Il est dit dans la légende que celui qui trouvera le 30ème morceau possèdera la fortune et la célébrité. Mais la Route est longue et la chance n’y suffira pas. Robert «Bud» Johnson, le blanc, entreprend une quête mystique à la recherche du dernier Blues perdu de Robert Johnson, le noir maudit.
Sur la route il fait d’étranges rencontres. Certaines le guideront, d’autres le perdront…

Crossroads est un voyage dans le temps et les légendes du Mississippi.

Les personnages :

Robert Johnson

rj25 extraits musicaux avec sous-titres des paroles illustrés en forme de clips filmés, sur les lieux  légendaires : le Crossroads, les tombes, les champs et les plantations de coton, la Old Highway 61, façon Road Movie.

Robert « Bud » Johnson. Homonyme, narrateur et acteur de la partie « Pacte avec le Diable ». Fou de Jésus, Bud croit que le trentième morceau existe et qu’il s’agit d’un hommage à Jésus-Christ, cause de la damnation éternelle de Johnson. Ce morceau est la clé du mystère et de la rédemption possible du Bluesman maudit.

Steve Lavere

slDétenteur des droits mondiaux de Robert Johnson. Responsable du renouveau d’intérêt pour Johnson dans les années 70 lorsqu’il trouve les 2 seules photos existantes sur lui et signe la bio du guitariste dans la compilation des 29 morceaux pour Columbia. Dingue de Blues et de Jazz, Lavere a accompli une enquête de plus de vingt ans autour des mystères et légendes sur Robert Johnson et il a trouvé la troisième tombe située à quelques kilomètres des deux autres.

Sam Carr

samBatteur des plus célèbres bluesmen, de Muddy Waters à B.B. King. Résidant dans une vieille maison au milieu des champs de coton,
Sa femme Doris, qui n’avait pas chanté depuis 20 ans réalise une version émouvante de
Everyday I got the Blues.

T. Model Ford

tmfRégulièrement en concert avec Buddy Guy, il est un cas unique dans l’univers du Delta. Accro au Moonlight, alcool frelaté peu cher, il vit chez sa femme entouré de ses 5 enfants en bas-âge. A 78 ans, il démontre que le blues rural existe toujours. Sa vieille Hofner (imitation Fender) porte les traces de sa vie mouvementée …

Richard Johnston

johnstonUn peu paumé, un rien looser, un brin génie. Ce virtuose faisant la manche rencontré au détour d’une rue de Helena, dans l’Arkansas a fabriqué lui-même sa guitare à l’aide d’un manche à balais et d’une boite à cookies. Homme orchestre 200% Rock, il avoue avoir lui aussi vendu son âme au Diable.

Gary Hutchinson

garyPeu de guitaristes sont capables de monter et descendre le manche aussi vite que lui ! 30 ans de shred, une précision diabolique, justement. Leader d’un groupe Blues Rock originaire de l’Ohio, Gary interprète les standards de Johnson à décoiffer un Clapton.

King Clarence

clarenceIl est né avec une Dobro dans le berceau (slide guitar en acier). Pas étonnant que les légendes résonnent si fort autour de lui. Clarence connait tout des vieux Juke-Joints des années 30, il aurait pu jouer avec Robert Johnson s’il était né 10 ans plus tôt. Il a conservé la vibration et le sens de cette musique jusque dans son mode de vie : pauvre mais heureux, grâce à sa guitare.

Cyreo Hugues

cyD.J. redouté de Greenwood. Il navigue depuis 30 ans entre le Blues des Origines et le RAP urbain. Pour lui, aucun doute : les deux musiques sont liées par un pacte secret. Le Blues chante les champs de coton et la ségrégation, le RAP raconte la vie des champs de béton et les problèmes des jeunes noirs aux États-Unis. Je l’ai rencontré dans une station service. Il était assez distant au début, puis je lui ai demandé pourquoi il portait un T.shirt « Crossroads ». Son visage s’est illuminé et il m’a invité à venir visiter sa Radio. Nous avons écouté des dizaines de pépites sorties d’un vieux carton. Pour l’occasion il a changé la programmation et les auditeurs se sont bousculés pour raconter la mémoire des anciens et ce Blues du Delta.

La Old Highway 61

road7Cette route qui traverse le Mississippi du nord vers le sud part de Memphis et descend jusqu’en Louisiane. Sur les 1200 kilomètres de notre périple nous avons retenu pour le  film des villes symboliques comme Greenwood, Greenville, Clarksdale, Helena et  autres Okahoma.

road6Mais la grande beauté de cette route se trouve dans les immenses solitudes des tronçons vierges de toute voiture et de toute âme qui vive. En apparence seulement car à chaque village traversé l’on est plongé dans un décor de film à la Bagdad Cafe où au détour d’une grange on trouve un vieux noir et sa guitare. Le Blues des origines est bien là, loin des bacs à CD, des présentoirs de promos des grandes surfaces et de la mode des artistes éphémères de notre ère. Il raconte des histoires simples, des vies vécues et des paysages à couper le souffle. Mais attention,  cette Route est vivante, elle a ses humeurs, elle fascine et repousse en même temps les étrangers trop curieux.

Paul, Joe, Rosemary et Huey

ficIls jouent les agents du Diable que rencontre Robert « Bud » Johnson au fameux Crossroads. Ces séquences ont été jouées un soir à un croisement de chemins, sur une route perdue dans le Missouri. Ces moments touchent le mythe au plus prés. Plusieurs produits psychotropes et hallucinogènes mêlés à l’absorption d’alcool sans modération nous ont tous rapproché de la folie du « pacte » et de l’histoire dingue du trentième morceau. Ce soir-là, Le Diable lui-même réalisait d’un regard sombre et dément ces séquences. Il s’est joué de nous tous. Nous avons flippé à maintes reprises, si prés de la légende, elle était devenue réalité.

CROSSROADS, La Route du BLUES – A voir absolument !

Pour aller plus loin et découvrir les légendes de robert Johnson vous pouvez lire ceci.

10 Réponses to “Fiche du film”

  1. merci merci et encore merci
    Ma chaire de poule, j’adore ça, alors je l’ai avec ce film…
    Vive le blues

  2. Bonjour,
    Fan de Blues et bien sur de RJ, comment voir et/ou ce procurer ce film.
    Merci
    JC Garnier

  3. Salut JC,
    tu peux télécharger le DVD à graver sur Freetorrent en pleine qualité, librement et gratuitement. Il te faut pour cela utiliser le protocole bittorrent et récupérer ce film en très haut débit.
    Merci pour ton commentaire.
    J.D.
    Crossroads

  4. johnny.lechien Says:

    Juste te remercier pour ce documentaire…je n’ai pas vraiment de mots à mettre sur ce que j’ai ressenti en le regardant. Juste un merci.

  5. Enfin je le cherchais et je vois qu’il y a un film sur le grand Monsieur Johnson, je vais donc le télécharger via le liens que vous mettez :) je vous dirais ce que j’en pense..

  6. Que des merveilles d’images, de sons et d’humanité loin des standards complaisants … Merci de montrer le vrai côté des choses de la vie.

  7. Bonsoir je connais cet excelkent film depuis un moment
    Mais il y a une chanson au tout debut du film sous titree pendant que l acteur gare son van et raconte sa vie elle est conme tout le film ectra mais je ne sais pas son titre et qui l interprete qq peutvil m aider ?
    Un grand merci
    Signe pierre dg guitariste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :